Archives par étiquette : La Grotte Chauvet Pont-d’Arc

Espace de Restitution de la Grotte Chauvet

L’Espace de Restitution de la Grotte Chauvet était ouvert au public les 14 et 15 décembre.

Une bonne occasion de découvrir l’avancée des travaux. Le chantier entre dans la phase finale et l’Espace de Restitution ouvrira au printemps 2015. Le ciel bleu et le magnifique soleil ont attiré la foule au cours de ces deux jours pour admirer l’envers du décor.

Quelques photographies du chantier (15 décembre 2013)

En savoir plus :

Quelques termes techniques :

Le site, accessible par la D4 entre Vallon Pont d’Arc et Bourg Saint-Andéol, est implanté sur la commune de Vallon Pont d’Arc. Le visiteur, par temps clair, découvrira au loin les Monts d’Ardèche avec le Massif du Tanargue et au pied de l’Espace de Restitution la vallée de l’Ibie et le début des Gorges de l’Ardèche.

Portes ouvertes sur le chantier de l’ERGC

Espace de Restitution de la Grotte ChauvetLes 25 et 26 mai 2013, de 10h00 à 16h00, le chantier du futur Espace de Restitution de la Grotte Chauvet – Pont d’Arc ouvre ses portes aux visiteurs. Ces deux journées permettront à la population et aux touristes de découvrir l’ampleur de ce chantier.

Le chantier se trouve à moins de 10 kilomètres de Saint-Remèze en direction de Vallon Pont d’Arc par la D4. Rendez-vous à l’entrée du site pour les visites.

En relation avec cet article :

 


Agrandir le plan

 

Visite du chantier de l’ERGC

Bâtiment qui abritera le fac-similé de la grotteUne invitation à découvrir le chantier du futur Espace de Restitution de la Grotte Chauvet, cela ne se refuse pas ! Et pour couronner le tout, un magnifique soleil printanier nous accompagnait.

Nous avons été reçus par Michel Clément, directeur technique, et Marc Avezard, chargé de l’accompagnement territorial au grand Projet.

La rencontre a commencé par la présentation générale du projet et un rappel des principaux objectifs de cette réalisation.

Le site sera constitué de cinq entités :

  • l’anamorphose ou fac-similé proprement dit, qui couvrira plus de 3000 m2 en partie enterré,
  • le centre de découverte, consacré au milieu et à la culture aurignacienne,
  • l’espace évènementiel pour des animations en extérieur,
  • le pôle restaurant, boutique
  • les bâtiments de l’accueil.

PlansL’agenda est, pour le moment, respecté et la livraison de l’espace de restitution toujours prévue pour la fin 2014.
Depuis son lancement officiel, le 12 octobre dernier, les travaux de gros-oeuvre se sont concentrés sur le bâtiment devant accueillir la future reconstitution de la Grotte (le fac-similé). La charpente métallique devrait être posée courant avril prochain.Plan de la grotte
Quant à la reproduction des parois et le décor peint, ils seront créés à partir du deuxième semestre par une équipe spécialisée de Lascaux. Le délai pour cette réalisation étant très long, les autres bâtiments seront construits pendant cette période (restaurant, centre de découverte, accueil). L’espace évènementiel, dans un premier temps, ne comportera pas de bâtiment. Mais l’exploitant, la société Kléber-Rossillon, s’engage à organiser différentes manifestations à cet emplacement, notamment pendant la période estivale.

Bâtiment qui abritera la RestitutionLa réalisation de l’anamorphose par des artistes nécessitera environ 8000 heures de travail. Les spécialistes comptent une heure pour la mise en place d’un m2.

Quelques chiffres à propos de l’ERGC en phase d’exploitation :

  • Sur les mois de juillet et août, 4000 personnes / jour sont attendues (période de pointe).
  • Le visiteur de l’ERGC devrait rester 3 / 4 heures sur le site.
  • La découverte du coeur de l’Espace, c’est à dire la restitution de la grotte Chauvet, durera entre 3/4 d’heure et une heure.
  • La visite se fera par groupe de 20/25 personnes accompagnées d’un guide.
  • Un groupe partira toutes les 3 minutes 30 environ.
  • Tout au long du parcours, composé de 10 arrêts, le guide livrera des explications sur les différents points remarquables de la Grotte.

Le financement des travaux, un budget d’environ 50 M d’€, est actuellement assuré par le Département, la Région, l’Etat et l’Europe.Emplacement du futur restaurant

2015 devrait être la première année d’ouverture au public. L’Espace fonctionnera avec trente personnes et le double pendant la période de pointe.

A noter, une réunion publique le mardi 4 juin à Saint-Remèze dédiée aux retombées territoriales de cette réalisation exceptionnelle.

En savoir plus :

Quelques termes techniques :

Le site, accessible par la D4 entre Vallon Pont d’Arc et Bourg Saint-Andéol, est implanté sur la commune de Vallon Pont d’Arc. Le visiteur, par temps clair, découvrira au loin les Monts d’Ardèche avec le Massif du Tanargue et au pied de l’Espace de Restitution la vallée de l’Ibie et le début des Gorges de l’Ardèche.


Agrandir le plan

 

Grotte Chauvet Pont d’Arc et l’Unesco

Une étape majeure vient d’être franchie aujourd’hui.

En effet, le président de la République François Hollande et le gouvernement français ont décidé de présenter la candidature de La Grotte Chauvet Pont d’Arc à l’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

La procédure d’inscription se poursuit désormais avec une phase d’expertise de 18 mois suivi du verdict du Comité du patrimoine mondial de l’Unesco attendu pour l’été 2014.

N’oublions pas les autres régions : la chaîne des Puys est également candidate.
L’ensemble tectono-volcanique de la chaîne des Puys – faille de Limagne, présentée au titre des paysages naturels, constitue un site exceptionnel par sa beauté et son authenticité.

La grotte Chauvet Pont d’Arc et la chaîne des Puys – faille de Limagne sont les deux candidatures qui porteront à quarante le total des biens français reconnus au patrimoine mondial en 2014 (si tout va bien).

Mise à jour du 30 janvier :
Plus d’information sur le site du Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie.

Comité de bien Unesco de La Grotte Chauvet

Le comité de bien Unesco de La Grotte Chauvet Pont-d’Arc est installé.
Cette action s’inscrit dans le cadre de la candidature de la grotte Chauvet Pont-d’Arc à l’Unesco et du 1er plan de gestion qui doit couvrir la période 2012 – 2016.

Le comité se réunira deux à trois fois par an et devra veiller à atteindre un certain nombre d’objectifs.

Plus d’information sur le site Planète ardéchoise.

Autre article en relation avec le sujet :

Les abords du Pont d’Arc et de la grotte Chauvet

Un communiqué sur le site du Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie nous apprend que Les abords du Pont d’Arc et de la grotte Chauvet, deviennent site classé en 2013.

C’est un décret du 7 janvier 2013, publié au Journal Officiel du 9 janvier 2013, qui indique que l’ensemble formé par les abords du Pont d’Arc et de la grotte Chauvet (surface et tréfonds) sur le territoire de la commune de Vallon-Pont-d’Arc a été classé parmi les sites du département de l’Ardèche.

Il s’agit là d’une nouvelle avancée pour la protection du territoire situé tout autour de la Grotte Chauvet Pont d’Arc.
Le communiqué officiel sur le site du Ministère.

Autre article en relation avec le sujet : L’Opération Grand Site Combe d’Arc.

La Grotte Chauvet Pont d’Arc

Les compagnies consulaires viennent de mettre en place un protocole de coopération dans le cadre du volet territorial du grand projet de La Grotte Chauvet Pont d’Arc.

Plusieurs domaines sont concernés : stratégie touristique, emploi, formation, démarches qualité, etc …

Source :
Chambre d’Agriculture de Rhône-Alpes.

Opération Grand Site Combe d’Arc

Le 26 novembre, à Vallon Pont d’Arc, s’est tenue une réunion publique d’information sur l’Opération Grand Site des Abords du Pont d’Arc.

L’objectif de cette opération est une « requalification paysagère » du lieu. Cette réunion était un premier rendez-vous ; plusieurs points d’étapes suivront.

Les différents intervenants, Hervé Doutez, Sous-Préfet de Largentières, Laurent Ughetto, Vice-Président du CG07, Paul Lavie, Président du SGGA et Claude Benahmed, Maire de Vallon-Pont-d’Arc, après avoir rappellé le lourd historique autour du projet, ont souligné l’opportunité qu’il représentait pour le territoire.

L’utilisation d’un outil comme l’Opération Grand Site n’est pas une contrainte mais bien une opportunité. Sans l’utilisation d’un tel outil, il n’y aura pas de cadre, le risque sera alors de tomber dans une gestion fragile, avec l’obligation, pour les autorités, de gérer en permanence des conflits.

Ce projet doit à la fois s’adapter à la nouvelle population touristique, à la montée en gamme et s’inscrire dans un cadre de développement durable, tout en respectant l’identité locale. Il n’est, par exemple, pas question d’isoler le village de Chames ou de couper la route des Gorges.

Le document présenté par Claire Dutray, chargée de mission au SGGA, est une note d’intention. Les différents intervenants ont bien précisé, et répété à plusieurs reprises, que le projet lui-même restait à construire avec la participation des différents acteurs socio-économiques.

La démarche s’inscrit dans un cadre de projet de territoire avec une participation des habitants. Le site, véritable porte d’entrée des Gorges de l’Ardèche forme l’écrin paysager de la Grotte Chauvet qui devrait être classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

La Combe d’Arc est aujourd’hui un lieu banalisé et dégradé. Il est nécessaire de trouver une gestion adaptée pour qu’il puisse continuer à vivre. Les experts ont constaté que le lieu se fermait peu à peu. En effet, depuis les années soixante-dix, de nombreuses exploitations agricoles ont disparu tandis qu’en parallèle on remarque une présence de plus en plus importante des véhicules. Les parkings de tous types ont petit à petit remplacé les espaces agricoles.

Le niveau de qualité paysagère et la restauration de la lisibilité du méandre seront retrouvés grâce à l’application des quatre objectifs proposés :

A) Réouvrir le paysage :

  • la reconquête de l’espace par les agriculteurs,
  • le traitement des contreforts du Pont-d’Arc,
  • la gestion de la ripisylve,
  • le travail sur les activités touristiques les plus importantes au coeur du site.
  • la suppression des points noirs du site.

B) Maîtriser les impacts de la fréquentation :

  • sortir le stationnement du coeur du site,
  • renforcer le système de navettes.

C) Requalifier les entrées du site :

  • réhabilitation paysagère des aménagements liés aux activités économiques,
  • ouverture paysagère,
  • traitement de l’accès aux sentiers de randonnées.

D) Donner du sens à la visite :

  • favoriser une découverte du site à pied,
  • développer les points de vue sur le Pont-d’Arc,
  • développer l’interprétation et améliorer l’accueil et l’animation.

Il s’agit bien d’une ambition partagée puisque cette note d’intention a préalablement reçu l’accord du Ministère de la Culture et de celui de l’Ecologie.

La concertation de tous les acteurs locaux sera coordonnée par le SGGA avec l’appui des équipes du cabinet Folléa-Gautier. Tout ce travail sera suivi par un Comité Technique ainsi qu’un Comité de Pilotage. Le sous-préfet, le Président du Conseil Général, le Président du SGGA ainsi que les différents services de l’Etat, la Commune de Vallon Pont-d’Arc, la commune de Labastide de Virac et le SMERGC participeront à l’ensemble des Comités.

Le projet devrait avancer très rapidement :

L’étude de requalification paysagère par l’Agence Folléa-Gautier, avec pour objectif de traduire en scénario la note d’intention, sera livrée fin juillet 2013 pour une mise en oeuvre dès 2014.

Le programme d’action de l’OGS, quant à lui, sera livré en septembre 2013.

Des ateliers de tavail avec les habitants devraient voir le jour prochainement ainsi que des permanences à la Mairie de Vallon-Pont d’Arc.

Après une série de questions et de remarques issue de la salle la réunion publique s’est terminée autour d’un buffet.

Quelques points de repère :

OGS (Opération Grand Site) : Une Opération Grand Site est la démarche proposée par l’Etat aux collectivités territoriales pour répondre aux difficultés que posent l’accueil des visiteurs et l’entretien des sites classés de grande notoriété soumis à une forte fréquentation.

SGGA (Syndicat de Gestion des Gorges de l’Ardèche) : présentation des missions de préservation du patrimoine naturel et culturel, d’information et de sensibilisation des publics et des scolaires.

Un exemple de Grand Site : l’Aven d’Orgnac

SMERGC (Syndicat mixte Espace de restitution de la Grotte Chauvet – Pont d’Arc).

Grand Projet La Grotte Chauvet Pont-d’Arc

Les journées de l’Association Française de Karstologie (AFK) 2012 se sont déroulées la semaine dernière sur Vallon Pont-d’Arc. Ce séminaire de travail s’est déroulé dans le cadre de la Convention de partenariat entre le Grand Projet La Grotte Chauvet Pont-d’Arc et l’Université de Savoie.

A cette occasion, deux chercheurs, Jean-Jacques Delannoy (Laboratoire EDYTEM) et Jean-Michel Geneste (Directeur de l’équipe scientifique qui étudie la grotte) ont animé une conférence ayant pour thème : « La Grotte Chauvet Pont-d’Arc : 12 ans après, une rétrospective, par les membres de l’équipe scientifique »

Une occasion unique pour le grand public d’avoir un éclairage sur les dernières découvertes réalisées par cette équipe scientifique. Malgré une sonorisation défaillante, la nombreuse assistance a écouté attentivement les explications à propos de l’évolution paysagère des sites, les fréquentations humaines du passé, et surtout la fermeture de la cavité.

Quelques liens sur le Web pour retrouver les informations de cette soirée :